La France est un pays merveilleux. N'en déplaise aux allégations de ces désagréables réfugiés Syriens qui ont eu le front de considérer qu'elle était bonne à visiter mais pas à habiter. Comme si nous n'étions pas ce phare du bon goût et de la civilisation que le monde entier guigne, comme si nous n'étions pas ce havre de générosité et de valeurs sublimes dont tout humain civilisé a fait son deuxième pays, ce Valhalla intellectuel où règnent à l'envie l'art, la gastronomie et la philosophie, de façon parfois un peu turbulente certes, mais qui n'a en aucun cas abandonné ce goût du dogme qui fait le bonheur des coupeurs de têtes, cet Olympe impressionnant habité par des personnalités extraordinairement hors du commun (quoique parfois de petite taille), cet Eden du dialogue social authentique,- celui qui n'a pas et ne jettera jamais le rideau de fer des acquis sociaux aux orties qu'on se le dise-, cette république dont l'élite marche au privilège, où la règle n'est bonne que par ses exceptions, où chaque élu est roi, ce paradis magnifique du masochisme où la gauche tape exclusivement sur la gauche, où la droite tape sur la droite, les écolos sur les écolos, où le centre se tape le ventre, et où les citoyens piaillent dans la basse-cour, ce pays de tradition agricole dont le principal syndicat défend avec ardeur une politique qui aboutira à la disparition de ses troupes, … Merveilleux, n'est-il pas ?

Ces Syriens n'ont pas de goût. D'ailleurs quand on voit par qui ils se sont laissé gouverner pendant des années: un monstre qui n'hésite pas à lâcher des gaz puants et tuants pour rétablir l'ordre. Pour qui se prennent-ils ? Pourquoi ne restent-ils pas chez eux, à résister vaillamment et en masse, comme l'ensemble des français a si bien su le faire de 1940 à 44, faisant semblant de collaborer pour mieux étouffer la bête immonde ? Mourir sur une plage, ce n'est pas un argument !

C'est vrai, la France est un pays merveilleux, d'une diversité de paysages incroyables, à la langue et à la culture riches et fécondes, aux habitants gentils, ouverts, en grande majorité tolérants, inventifs et souvent passionnants.

Mais… comment dire ? …. parfois l'envie me prend… d'aller faire un tour ailleurs.

PP