A quoi sert l'excellence (artistique) ?

A flatter les élites, qui peuvent se contenter de passer à la télé mais pas de la regarder. Il lui faut des spectacles où elle puisse se croiser, où on puisse la voir. Des spectacles d'exquise qualité qui la flattent, flattent son intelligence, son goût et sa culture. La Comédie Française, l'Opéra de Paris, comme le Louvre sont les vitrines de France, et de nos puissants.

Du tourisme d'élite.

Et les boites à l'entour, ceux qu'on nomme les Centres, dramatiques, chorégraphiques, d'art contemporain, ont cette même fonction pour les élites locales.

Le rêve d'excellence règne sur le théâtre depuis de longues années. Il en a fait quelque chose de sacré.

Le rêve d'excellence a accouché de générations de metteurs en scène-gourou, quelques-uns de talent, souvent génies auto-proclamés, grands-prêtres boursouflés de ce qui est devenu culte.

Le rêve d'excellence a fait construire des salles d'excellence, pour spectacles itou, qui se sont doucement fermé au populaire, fermé aux amateurs, aux rustres, à la rue, à la vie.

Le rêve d'excellence a fait acheter de belles machines scénographiques qui demandent des connaissances spécifiques

Le rêve d'excellence a professionnalisé à outrance toutes les strates du métier de sculpteur d'éphémère

Le rêve d'excellence a protégé le statut professionnel de ses personnels, compliquant malheureusement et entravant le spontané, le surprenant, le hors-norme, quand il n'a pas généré, dans certaines équipes, des stratégies de mikado (c'est le premier qui bouge qui perd)

Le rêve d'excellence place la barre très haut, sur la qualité des représentations mais aussi sur leur coût

Le rêve d'excellence ce sont des salles splendides pour des saisons de 20 dates

Le rêve d'excellence ce sont moult jeunes troupes qui rament pour montrer leur travail

Le rêve d'excellence ne fait pas bon ménage avec la prise de risque, l'ouverture, le partage.

Pour autant

Le rêve d'excellence s'accommode, quand il ne l'encourage pas, du racket des thénardiers d'Avignon

Se posant en gardien de la qualité, il laisse libre jeu au théâtre privé.

Interdisant de fait tout aléatoire et tout amateurisme il a mis à la rue des palanquées d'artistes.

Même s'il est a priori séduisant, le rêve d'excellence doit être pris précautionneusement.

Le rêve d'excellence, c'est la mort des courants d'air.

Pierre

PS: la cie est en léger sommeil en ce mois de février. On prépare la saison 2009, la création 2010, certains prennent enfin des vacances méritées et, comme vous le voyez, on en profite pour réfléchir sur notre métier, au diapason du monde.