L'adage dit:"Dans le août, abstiens-toi", ce qui n'est juste le plus souvent que pour le travail.
Pour le reste au contraire on se lâche. Et on en profite pour lire aussi. Parlons littérature, ça nous changera.
Je suis en train de découvrir un géant de la littérature que j'ignorais totalement -vergogna vergogna!- Ernesto Sabato, auteur argentin, grand bonhomme. Le bouquin que je dévore s'appelle "L'ANGE DES TENEBRES" et je l'ai pris au hasard chez un bouquiniste. Comme pour certains vins, les bouquins, c'est quand on les trouve par hasard que c'est le meilleur.
Autre hasard exaltant: Les "BEBES DE LA CONSIGNE AUTOMATIQUE" de Ryû Murakami, un des leaders de la nouvelle vague nipponne. C'est haletant, délirant, époustouflant dans le vrai sens du terme.

Et deux que j'ai beaucoup aimés : "TON AUTOBIOGRAPHIE" d'Alain Gluckstein, pétri d'humour et d'engagement, et "DERRIERE LES GRILLES DE PULDITCH" par Henry Hudson aux éditions Folies D'Encre: chronique Irlandaise extrêmement savoureuse où se mêlent rire et larmes comme le soleil et la pluie là-bas.
Des livres qui sont des cadeaux qu'on se fait.
Ceci lu au cours d'un mois de Juillet fort plein de rencontres et de jubilation. (cf Chalon)

Edital dédicacé à Daniel Pennac dont je viens de lire "comme un roman" (je sais, c'est pas neuf mais, en littérature, j'aime prendre mon temps), bouquin avec lequel je suis tellement d'accord que c'est la première fois que j'ai l'impression d'avoir lu un livre avant de l'avoir commencé.

Bonnes ouacances à ceux qui en prennent.
PP

PS: et une pensée reconnaissante à Isabeau Shazada & Olivier Nonon qui, pour la cie, mènent dans une cité de Montreuil un atelier échasses/danse/théâtre auprès des loupiots qui ne sont pas parti, avec un grand bonheur.