Après deux années d'étuve sur Avignon -qui nous ont apporté énormément au niveau diffusion- c'est avec un plaisir sans mélange que nous avons retrouvé la ville, l'équipe et le public de Chalon. Ne serait-ce que par la qualité du public. Non pas que celui d'Avignon démérite -ils sont admirables les festivaliers d'Avignon- mais il y a à Chalon un mélange social, culturel, générationel et international sans commune mesure. La ville étant aérée, les propositions tempérées autant qu'accompagnées, il y a une grande jubilation concentrée sur ces quatre jours.

Je ne sais ce qu'il en était les années précédentes mais il est clair que, la conjoncture aidant, 2008 atteste d'un basculement très marqué du centre de gravité du in vers le off (comme à Aurillac, et , se peut, Avignon non ?). Un In sans pharaonisme qui, débarrassé de l'obligation de faire l'unanimité se permet de faire venir des cies étrangères peu connues, des expériences incongrues, des petites choses sympas (Xavier Kim) quelques équipes renommées pour des projets qui les bousculent (CIA & Karnavires), bref un In qui cherche à faire bouger les lignes, sans pression. De ces cies, les Sangs Cailloux et Grand Magasin furent les plus durement contestés, CIA & Karnavires n'ont pas fait l'unanimité mais en ont profité pour avancer sensiblement. Avec cette alternative artistique qu'a représenté la programmation Auteurs d'Espace. En Off on a vu le retour de belles équipes: Babylone, le SAMU, Métalovoice, Burratini, les Primitives, Avec-ou-sanka, Opus qui ont remporté de francs succès et fait, avec les autres, la substantifique moelle de ce festival. Une génération décoiffante de groupes musicaux venus de l'est (de la France): Branks, 2 rien Merci, Erectus, des compagnies qui font une sorte de free musical theatre réjouissant. En déambulation, pas de révolution mais du bon: avec les Tonys d'Albedo, TV Immonde (prometteur), les Buissons et du moins bon (FION & la patrouille de France entre autres, trop en force, et en pétarades pour le dernier). Des entresorts de qualité (Begat Théâtre entre autres, -émouvant- mais il y en avait bien d'autres que j'ai loupés). Il y avait aussi Façades par la Cie l'Escale. D'Irque & Fien, impeccable. Je me suis endormi sur le dernier Léandre, joli boulot mais lent. Les Kiroul, une petite équipe qui promet beaucoup, que nous avions déjà rencontrée sur les Déferlantes. Les Dithyrambes, deux chanteuses foldingues et enthousiasmantes. Une surprise du chef, off du off, théatre inopiné en terrasse qui devrait plaire à JMS, par le Daniel Jackson Théatre,-une petite équipe d'étudiants théatreux qui compte dans ses rangs Luce Amoros, fille de.- J'en oublie... Je ne suis pratiquement pas allé dans les cours.

En ce qui nous concerne, disons tout simplement que nous avons trouvé ici un de ces bonheurs pour lesquels, année après année, nous pratiquons ce métier.

Les trois spectacles présentés par la cie (Agrippine / Les Joyes du Mariage et Si tous les champs du monde...) ont été extrêmement fréquentés et ont remporté un beau succès, tant auprès du public que des programmateurs. Comme quoi le boulot finit par payer.

Vous pouvez jeter un oeil sur un reportage fait par FR3 Bourgogne sur nos petits camarades d'Agrippine ICI

Des photos également sur le site de Chalon dans la rue
Bonne continuation pour ceux qui continuent Bonnes vacances pour ceux qui en prennent. Pour ce qui nous concerne, ça va etre en pointillé, avec une mini tournée en Moselle entre autres.