Le Blog c'est bien. ça a un côté subjectif et en même temps public. Entre le journal intime et la Une du Monde à soi-tout-seul. L'agorinternet.

On écrit, on est content et on regarde après le nombre de visites par jour. 80: c'est le nombre moyen de visites du site Acidu. Pas délire mais c'est chouette. Et en plus, même si personne ne l'a fait jusque là, tout le monde peut laisser ses commentaires. Trop de la balle!

Et puis, à la réflexion, il m'apparait que ces paroles écrites sur le support éminemment fluide de la toile, ce flot de blogs sympathiques, ça fait manif de bouteilles à la mer: tout réside dans l'espoir de celui qui les jette. On pond sa prose dans son coin, on l'édite et va-comme-je-te-pousse, avec de jolies réussites et de totales plantades; qu'importe, l'une comme l'autre ne sont pas sanctionnées. Et c'est ça le problème. Qui c'est qui donne les bons points ? Où qu'il est le mur de la caverne ? Ayant reçu une éducation soit-disant judéo-chrétienne mais plutôt catho-crasse en fait, j'ai construit mon monde avec au dessus de moi: un oeil dans la tombe à regarder Caïn, et un oeil dans le ciel à compter les points. Le papiste est patriarchal c'est bien connu. Mais le blog c'est de l'info de frangin, pas de père. Avant de parler de familles recomposées, parlons de familles décomposées. Nous sommes en panne de père. Le fratiarchat règne pour l'instant. Père, re-père. Les pères se font la paire. Même Mitterrand c'était tonton, c'est dire ... Le PS, l'UMP, c'est bourré de pères qui ne veulent pas l'être, d'oncles qui se rêvent et de beaux-pères qui s'y verraient bien. Quant à Chirac c'est plutôt un impair... L'absence du père crée des tentations: celles du grand-père. A user avec modération. Et surtout sans confusion avec le rôle de père. Confert Vichy pour la confusion qui tue. Mais du côté des aïeux on peut trouver Montaigne entre autres...

Faut il chercher des mères ?

P.P